Programme de responsabilité directe (PRD)

Dans le système judiciaire actuel, des programmes innovants peuvent offrir des voies alternatives vers la justice. Un de ces programmes en Ontario est le Programme de responsabilité directe de l’Ontario (PRD). Ce programme offre une approche unique pour traiter les infractions mineures, offrant des avantages souvent absents des procédures judiciaires traditionnelles.

Définition et objectif 

Le PRD peut être défini comme une méthode alternative pour traiter certains types d’infractions mineures. Son objectif principal est de permettre aux personnes ayant commis des infractions mineures

  • de prendre leurs responsabilités,
  • d’apprendre de leurs actions
  • et de faire de meilleurs choix à l’avenir.

Comment fonctionne le Programme de responsabilité directe  ?

Pour participer au PRD, les personnes doivent remplir des critères d’éligibilité spécifiques, notamment :

  • l’absence d’antécédents judiciaires
  • et la nature de l’infraction.

Une fois référées vers le programme, les agents d’évaluation effectuent une évaluation pour déterminer l’adéquation des personnes pour le programme.

Lorsqu’ils sont acceptés, les participants ont plusieurs options :

  • le counseling,
  • les services à la communauté
  • ou d’autres mesures de réadaptation.

L’achèvement réussi de ces exigences conduit à la clôture de leur dossier.

Les avantages de participer au Programme de responsabilité directe 

Tout d’abord, l’un des principaux avantages est que le PRD offre une alternative au système judiciaire traditionnel. Plutôt que d’être poursuivis en justice et de devoir faire face à des procédures longues et coûteuses, les participants au PRD ont la possibilité de résoudre leur affaire de manière plus rapide et plus efficace. Cela peut contribuer à réduire les charges de travail des tribunaux et permettre de consacrer davantage de ressources aux affaires plus graves et complexes.

Un autre avantage essentiel réside dans le fait que le PRD permet aux participants d’éviter un casier judiciaire. Après avoir accompli avec succès les exigences du programme, l’accusé n’aura pas de dossier criminel associé à l’infraction pour laquelle il a été initialement accusé. Cela peut jouer un rôle crucial dans l’avenir d’une personne, car un casier judiciaire peut souvent entraîner des conséquences négatives telles que :

  • des difficultés pour trouver un emploi,
  • obtenir un logement,
  • ou même voyager à l’étranger.

De plus, la participation au PRD peut également offrir aux participants la possibilité de bénéficier de mesures de soutien et de traitement adaptées à leurs besoins spécifiques. Selon la nature de l’infraction commise, les participants peuvent être tenus de suivre des cours de prévention, de suivre des programmes de désintoxication ou de participer à des séances de counseling. Ces mesures peuvent contribuer à la réhabilitation et à la prévention de la récidive, offrant ainsi une véritable opportunité de changement et de réintégration sociale.

Enfin, il est important de souligner que le PRD peut également contribuer à la restauration. En assumant la responsabilité de leurs actes et en s’engageant à suivre les mesures correctives, les participants ont l’occasion de se réconcilier avec les personnes qu’ils ont lésées et de prendre des mesures pour réparer les torts qu’ils ont causés.

Le Programme de responsabilité directe, une réussite

Des exemples concrets prouvent l’efficacité du PRD. Un exemple implique une personne qui a commis un vol mineur. Grâce au programme, cette personne a reçu un accompagnement psychologique, lui permettant d’aborder des problèmes personnels qui ont contribué à son acte. Cette intervention a favorisé sa croissance personnelle, réduisant ainsi les risques de récidive.

En conclusion, participer au Programme de responsabilité directe présente plusieurs avantages notables.

Cela permet :

  • d’éviter le système judiciaire traditionnel,
  • d’éviter un casier judiciaire,
  • de bénéficier de mesures de soutien et de traitement,
  • et de contribuer à la restauration des victimes.

Ces avantages offrent une réelle chance de réhabilitation, de réintégration et de reconstruction de vie pour les personnes admissibles.

 

Ressources :

Faire face au stress et au Burnout

Le stress et le Burnout sont des défis majeurs dans notre société. 

Causes, effets et impact du Burnout

Les causes de ces problèmes sont variées, allant de la pression intense au travail aux exigences croissantes de la vie quotidienne. Les longues heures de travail, les délais serrés et la difficulté à maintenir un équilibre entre vie professionnelle et personnelle contribuent également à cette réalité stressante.

Les effets du stress sont ressentis à la fois sur le plan physique et mental. Les travailleurs peuvent éprouver des symptômes tels que fatigue constante, insomnie, anxiété et dépression. 

Sur le plan professionnel, le rendement peut diminuer, et les relations au travail peuvent être tendues. Ces conséquences négatives ont des répercussions sur la santé globale du travailleur et sur la productivité des entreprises. 

Des solutions

Pour remédier à cette situation, il est crucial d’adopter des approches proactives. 

Pour les employeurs

Les employeurs peuvent encourager un environnement de travail sain en mettant en place des programmes de bien-être, en favorisant la flexibilité au travail et en assurant une communication ouverte. 

Des programmes de bien-être

1. Les employeurs peuvent proposer des programmes de bien-être. Quelques exemples de techniques pour mettre en place ces programmes :

  • Organiser des ateliers ou des séances de formation sur la gestion du stress, la relaxation et la gestion du temps.
  • Promouvoir des activités physiques régulières, comme des séances de yoga ou des pauses actives.
  • Fournir des ressources ou des formations sur l’alimentation saine et l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.
  • Encourager les pauses déjeuner régulières et la prise de congés pour favoriser la récupération.

Un environnement de travail flexible

2. L’établissement d’un environnement de travail flexible peut réduire le stress et l’épuisement des employés. Voici quelques stratégies pour favoriser la flexibilité :

  • Offrir des horaires de travail flexibles, tels que le télétravail ou des horaires variables.
  • Permettre aux employés de prendre des pauses quand ils en ont besoin, sans jugement.
  • Encourager la gestion autonome des tâches et l’établissement de priorités.
  • Fournir des outils et des technologies qui permettent le travail à distance ou mobile.

Une communication efficace et ouverte

3. Une communication efficace et ouverte offre aux employés un sentiment d’appartenance et de soutien. Voici quelques stratégies pour favoriser une communication positive :

  • Organiser des réunions régulières où les employés peuvent exprimer leurs préoccupations et leurs idées.
  • Fournir des canaux de communication efficaces, tels que des systèmes de messagerie instantanée ou des plateformes de partage d’informations.
  • Encourager les superviseurs à être à l’écoute des besoins et des préoccupations de leurs employés.
  • Reconnaître et célébrer les réalisations et le travail bien fait.

En mettant en place ces techniques, les employeurs peuvent donc créer un environnement de travail sain, encourageant le bien-être et réduisant les risques d’épuisement professionnel chez les employés. Cela favorisera une productivité accrue et une atmosphère de travail positive.

Pour les employé.e.s

Les employés, de leur côté, doivent apprendre à établir des limites, à déléguer et à prioriser leurs tâches. Voici quelques idées pour mettre en place ces solutions :

Établir des limites

  1. Les employés doivent reconnaître leur propre charge de travail et mettre en place des limites raisonnables pour éviter de s’épuiser. Pour ce faire, ils peuvent :
  • Définir clairement leurs heures de travail et s’y tenir autant que possible.
  • Établir des règles concernant les appels d’urgence en dehors des heures de travail.
  • Refuser des projets ou des tâches supplémentaires si leur charge de travail est déjà trop importante.
  • Dire non aux demandes excessives de la part des collègues ou des supérieurs hiérarchiques.
  • Prendre de courtes pauses pendant la journée pour se ressourcer et éviter la surcharge.

Déléguer des tâches

  1. Les employés doivent apprendre à faire confiance à leurs collègues et à déléguer des tâches pour répartir la charge de travail. Pour y parvenir, ils peuvent :
  • Identifier les tâches qu’ils peuvent confier à d’autres.
  • Donner des instructions claires et détaillées pour éviter les malentendus.
  • Suivre régulièrement les progrès de la tâche déléguée.
  • Reconnaître le travail bien fait et offrir un feedback constructif.
  • S’assurer que le collègue dispose des ressources et des outils nécessaires pour accomplir la tâche.

Hiérarchiser les tâches

  1. Les employés doivent apprendre à hiérarchiser les tâches en fonction de leur urgence et de leur importance pour éviter la frustration et l’épuisement. Pour ce faire, ils peuvent :
  • Identifier les tâches les plus importantes et les plus urgentes.
  • Établir des échéances raisonnables pour chaque tâche.
  • Noter les priorités quotidiennes et les réajuster si besoin.
  • Demander de l’aide si nécessaire pour les tâches les plus lourdes.
  • Éviter la procrastination et aborder les tâches difficiles en premier.

En appliquant ces techniques, les employés peuvent ainsi éviter de s’épuiser tout en réalisant leur travail avec efficacité. Cela leur permettra de maintenir une santé physique, émotionnelle et mentale saine et productive.

En conclusion, aborder le stress et le Burnout nécessite une approche holistique impliquant employeurs et employés. L’adoption de mesures préventives et de soutien contribuera à améliorer la santé mentale des travailleurs et à renforcer la productivité globale.

Si vous ressentez le besoin d’en parler à un.e professionnel.le, contactez notre service de santé mentale.

Pour en savoir plus sur le stress et le Burnout : Centre Canadien d’Hygiène et de Santé au Travail

homme triste trouble affectif saisonnier

Qu’est-ce que le trouble affectif saisonnier ?

Le trouble affectif saisonnier (TAS) est un trouble de l’humeur qui se manifeste principalement pendant les mois d’hiver, lorsque l’exposition à la lumière naturelle diminue. Les individus atteints de TAS éprouvent des symptômes dépressifs qui peuvent varier en intensité et en durée.

Les symptômes courants du TAS :

  • une humeur dépressive persistante,
  • une diminution de l’énergie,
  • une augmentation de l’appétit,
  • une prise de poids,
  • une hypersomnie (envie excessive de dormir),
  • une irritabilité
  • et une difficulté à se concentrer.

Le TAS est principalement causé par le manque de lumière naturelle pendant les mois d’hiver. La diminution de la lumière du soleil affecte les niveaux de sérotonine dans le cerveau, un neurotransmetteur qui régule l’humeur. Lorsque les niveaux de sérotonine sont bas, cela peut entraîner une dépression saisonnière.

 

Des solutions efficaces

Heureusement, il existe plusieurs solutions efficaces pour traiter le trouble affectif saisonnier. Voici trois des solutions les plus couramment recommandées :

  • Luminothérapie : La thérapie par la lumière implique l’utilisation d’une lampe spéciale qui imite la lumière du soleil. Cette lumière artificielle aide à compenser le manque de lumière naturelle pendant les mois d’hiver. La luminothérapie est efficace car elle stimule la production de sérotonine dans le cerveau, améliorant ainsi l’humeur et réduisant les symptômes du TAS.
  • Exercise physique : L’exercice physique régulier est un excellent moyen de gérer et de prévenir les symptômes du TAS. Lorsque vous faites de l’exercice, votre corps libère des endorphines, des hormones du bonheur qui améliorent l’humeur et réduisent les sentiments de dépression. L’exercice régulier peut également augmenter l’énergie et améliorer la qualité du sommeil, ce qui est bénéfique pour les personnes atteintes de TAS.
  • Psychothérapie : La psychothérapie, en particulier la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), est souvent recommandée pour traiter le trouble affectif saisonnier. La TCC aide les individus à changer leurs schémas de pensée négatifs et leurs comportements qui contribuent à la dépression saisonnière. En identifiant et en modifiant les pensées négatives, les individus peuvent adopter des stratégies plus positives pour faire face aux symptômes du TAS.

Si vous ressentez le besoin d’en parler à un.e professionnel.le, vous pouvez contacter notre service de santé mentale.

Sources 

Le sommeil joue un rôle crucial dans notre santé mentale, et des études ont montré un lien significatif entre la qualité du sommeil et la santé mentale au Canada, en particulier en Ontario(5).

La dette de sommeil

La dette de sommeil est un concept de plus en plus répandu dans notre société moderne, où nous sommes souvent confrontés à des horaires chargés, au stress et à des modes de vie souvent peu propices à un sommeil de qualité. Cette dette se crée lorsque nous ne parvenons pas à dormir suffisamment chaque nuit, ou lorsque nous accumulons des nuits de sommeil de mauvaise qualité. Les conséquences de cette dette de sommeil sur l’individu peuvent être significatives.

Plusieurs études scientifiques ont démontré les impacts négatifs de la dette de sommeil sur la santé mentale et physique. Une étude publiée dans la revue Sleep a montré que le manque de sommeil chronique était associé à une augmentation du risque de développer des problèmes de santé mentale tels que l’anxiété et la dépression[1]. Une autre étude, publiée dans le Journal of Sleep Research, a révélé que le sommeil insuffisant était lié à un risque accru de maladies cardiovasculaires, d’obésité et de diabète[2].

Des conséquences multiples

Les conséquences de la dette de sommeil ne se limitent pas à la santé mentale et physique. Elle peut également affecter la performance cognitive et la prise de décision. Une étude de l’Université de Harvard a montré que le manque de sommeil pouvait entraîner une baisse de vigilance, une diminution des performances cognitives et une altération de la mémoire[3]. En outre, la dette de sommeil peut provoquer une sensation de fatigue persistante, de l’irritabilité et de l’anxiété, ce qui peut impacter négativement l’humeur et les relations sociales.

Afin de rembourser cette dette de sommeil et d’améliorer notre bien-être, il est essentiel d’adopter de bonnes habitudes de sommeil. Cela inclut la création d’un environnement propice au repos, l’établissement d’une routine régulière de coucher et de lever, et la pratique d’une bonne hygiène de sommeil. Il est recommandé de se coucher à heures fixes, d’éviter les écrans avant le coucher, de créer une atmosphère propice à la détente dans la chambre à coucher, et de limiter la consommation de stimulants tels que la caféine et l’alcool[4].

En conclusion, la dette de sommeil peut avoir des conséquences néfastes sur notre santé mentale, physique et cognitive. Il est essentiel de prendre conscience de l’importance du sommeil de qualité et de rembourser cette dette pour préserver notre bien-être global. En adoptant de bonnes habitudes de sommeil, nous pouvons améliorer notre qualité de vie et notre santé à long terme.

 

Les caractéristiques d’un sommeil de qualité

Pour avoir un bon sommeil et favoriser une bonne santé mentale, il est important de respecter certaines caractéristiques clés d’un sommeil de qualité.

La durée

D’abord, la durée du sommeil est importante. Les adultes devraient viser en moyenne de 7 à 9 heures de sommeil par nuit(6). Un sommeil suffisant permet de favoriser la stabilité émotionnelle et cognitive, ainsi qu’une meilleure capacité à gérer les situations stressantes.

La régularité

Ensuite, la régularité des horaires de sommeil est essentielle. Il est recommandé d’adopter une routine de coucher et de lever régulière, même les weekends, pour maintenir une bonne qualité de sommeil(6). Une horloge biologique régulière contribue à une meilleure santé mentale et aide à prévenir les troubles anxieux et dépressifs.

La qualité

La qualité du sommeil est également cruciale. Des troubles du sommeil, tels que l’insomnie ou l’apnée du sommeil, peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale. Un sommeil de mauvaise qualité peut entraîner des problèmes de concentration, d’irritabilité, de fatigue et d’anxiété(7). Il est donc important de prendre soin de son environnement de sommeil, en créant un espace propice à la détente et à la tranquillité.

De bonnes habitudes de sommeil

Pour améliorer la qualité de sommeil, il est recommandé de maintenir une hygiène de sommeil saine. Cela comprend des habitudes telles que limiter la consommation de caféine et d’alcool, faire de l’exercice régulièrement, éviter les écrans avant le coucher, et pratiquer des techniques de relaxation comme la méditation ou la respiration profonde(6).

Si vous ressentez le besoin d’en parler à un.e professionnel.le, vous pouvez contacter notre service de santé mentale.

En conclusion, le sommeil joue un rôle crucial dans la santé mentale. En adoptant des habitudes favorables à un sommeil de qualité, nous pouvons améliorer notre bien-être mental. Il est important de prendre conscience de notre propre relation avec le sommeil et d’en faire une priorité dans notre vie quotidienne.

 

 

Sources:

1. Grandner M.A., et al. (2010). Insomnia is associated with psychotic symptoms in the general population: A cross-sectional study. Sleep, 33(3), 289-295.
2. Cappuccio, F.P., et al. (2010). Sleep duration and all-cause mortality: a systemic review and meta-analysis of prospective studies. Journal of Sleep Research, 18(2), 148-158.
3. Walker, M.P., et al. (2002). Cognitive consequences of sleep and sleep loss. Sleep Medicine Reviews, 6(4), 387-399.
4. National Sleep Foundation. (2022). Healthy Sleep Tips. https://www.sleepfoundation.org/articles/general-healthy-sleep-tips
5. [Government of Canada – Are Canadian adults getting enough sleep?](https://www.canada.ca/en/public-health/services/publications/healthy-living/canadian-adults-getting-enough-sleep-infographic.html)
6. [Government of Canada – Government of Canada invests in research to improve sleep for Canadians](https://www.canada.ca/en/institutes-health-research/news/2022/06/government-of-canada-invests-in-research-to-improve-sleep-for-canadians.html)
7. [Sleep On It! – Canadian Public Health Campaign on Sleep](https://sleeponitcanada.ca/all-about-sleep/why-sleep/)

Les troubles anxieux sont des conditions de santé mentale courantes caractérisées par une peur intense, persistante et déraisonnable, qui entraîne une détresse significative. Au Canada, y compris en Ontario, ces troubles ont un impact considérable sur la population (1).

 

Les différentes formes de troubles anxieux

  1. Trouble d’anxiété généralisée (TAG) : Les personnes atteintes de TAG éprouvent une anxiété excessive et chronique, même sans raison apparente. Elles peuvent donc se sentir constamment inquiètes, tendues et avoir des difficultés à contrôler leurs inquiétudes.

 

  1. Trouble de panique : Les individus atteints de ce trouble ressentent des crises de panique aiguës et intenses. Ces crises sont souvent accompagnées de symptômes physiques tels que palpitations, essoufflement et transpiration abondante.

 

  1. Phobies spécifiques : Les phobies sont des peurs intenses et irrationnelles d’objets, de situations ou d’animaux particuliers. Cela peut inclure la peur des araignées, des hauteurs, des espaces clos, etc.

 

  1. Trouble d’anxiété sociale : Ce trouble se caractérise par une peur extrême des situations sociales et de l’évaluation négative des autres. Les personnes atteintes peuvent donc avoir peur de parler en public, de rencontrer de nouvelles personnes ou de participer à des activités sociales.

 

Les troubles anxieux peuvent avoir des conséquences négatives sur la personne touchée ainsi que sur son entourage. Ils peuvent entraîner une détérioration de la qualité de vie, des difficultés relationnelles, une baisse de l’estime de soi et une performance académique ou professionnelle réduite.

 

Trouver de l’aide

  1. Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : La TCC est une approche thérapeutique efficace pour les troubles anxieux. Elle vise à identifier et à modifier les pensées et les comportements liés à l’anxiété, permettant ainsi aux individus d’acquérir de nouvelles stratégies pour faire face à leurs inquiétudes.
  2. Médicaments : Dans certains cas, les médecins peuvent prescrire des médicaments pour soulager les symptômes anxieux. Ces médicaments comprennent des antidépresseurs, des anxiolytiques et des stabilisateurs de l’humeur.
  3. Gestion du stress : Adopter des techniques de gestion du stress telles que la relaxation, la respiration profonde, l’exercice régulier et la gestion du temps peut aider à réduire les niveaux d’anxiété.

 

Il est essentiel de rechercher une aide professionnelle pour le diagnostic et le traitement des troubles anxieux. Les ressources telles que les professionnels de la santé mentale et les organisations communautaires peuvent fournir un soutien précieux.

Découvrez nos services en Santé mentale et notamment le Programme de Psychothérapie structurée.

 

Sources:

  1. [Statistique Canada – Troubles mentaux et accès aux soins de santé mentale](https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/75-006-x/2023001/article/00011-fra.htm)

Les vacances de Noël sont souvent synonymes de joie, de célébration et de chaleur familiale. Cependant, pour certaines personnes, ces périodes festives peuvent être marquées par une augmentation de la violence conjugale. Dans cet article, nous examinerons les facteurs qui contribuent à cette hausse de violence pendant les vacances de Noël, son impact sur les femmes et leurs familles, ainsi que les ressources disponibles pour les aider.

Les facteurs contribuant à la violence conjugale pendant les vacances de Noël

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à une augmentation de la violence conjugale pendant les vacances de Noël en Ontario. Tout d’abord, le stress accru lié aux dépenses financières, aux attentes sociales et aux conflits familiaux peut exacerber les tensions au sein des couples. De plus, la consommation excessive d’alcool pendant les fêtes peut aggraver les comportements violents. Enfin, les changements de routine et le temps passé en huis clos avec le partenaire peuvent intensifier les abus déjà présents dans la relation.

Impacts sur les femmes et leurs familles

La violence conjugale pendant les vacances de Noël a des répercussions dévastatrices sur les femmes et leurs familles. Les victimes peuvent subir des blessures physiques, mais aussi des traumatismes psychologiques durables, tels que la dépression, l’anxiété et le syndrome de stress post-traumatique. Les enfants qui sont témoins ou victimes de violence domestique peuvent également souffrir de troubles émotionnels et comportementaux, compromettant leur développement et leur bien-être général.

Ressources disponibles

L’Ontario offre un éventail de ressources pour les femmes victimes de violence conjugale pendant les vacances de Noël. Les centres d’aide aux victimes offrent un soutien confidentiel, des conseils juridiques et des hébergements d’urgence aux femmes en danger. Les lignes d’assistance téléphonique, telles que la Ligne provinciale d’assistance téléphonique pour les femmes victimes de violence, sont disponibles 24h/24 pour fournir un soutien immédiat. De plus, des organismes communautaires fournissent des programmes d’éducation et de sensibilisation afin de prévenir la violence domestique.

  • Centre de ressources familiales Habitat Interlude
    Kapuskasing
    Tél. : 705-337-1122
  • Maison Omushkegiskwew Centre de ressources familiales
    Moosonee
    Tél. : 705-336-2456


La période des vacances de Noël est censée être un moment de bonheur et de partage, mais pour certaines femmes en Ontario, elle peut se transformer en un cauchemar de violence conjugale. Les causes de cette augmentation de la violence pendant cette période sont multiples et complexes. Il est essentiel de continuer à sensibiliser et à fournir des ressources pour aider les femmes et leurs familles à sortir de ces situations dangereuses. En travaillant ensemble en tant que société, nous pouvons espérer mettre fin à la violence conjugale et créer un environnement sûr et soutenant pour tous.

Sources:

  • Ministère de la justice de l’Ontario. (2021). Violence familiale pendant les vacances.
  • Ministère des Affaires de la Femme de l’Ontario. (2020). Ligne provinciale d’assistance téléphonique pour les femmes victimes de violence.
  • Centre contre les agressions à caractère sexuel de Toronto.
  • Femmes ontariennes contre la violence.

Tout individu mérite de vivre dans un monde exempt de violence. La triste réalité est que la VFG (violence fondée sur le genre) persiste, touchant des personnes chaque jour en raison de leur sexe, de leur identité ou expression de genre, ou de préjugés.

La violence fondée sur le genre est une violation flagrante des droits humains.Il est essentiel de briser le silence à son sujet.

Les racines de la VFG

La VFG trouve ses racines insidieuses dans notre société, imprégnée dans les moindres recoins, des blagues blessantes aux normes de genre restrictives imposées dès le plus jeune âge. La VFG se manifeste sous de multiples formes, notamment physique, verbale, psychologique, et économique, ainsi que sous la forme de négligence, discrimination, et harcèlement.

Des groupes plus vulnérables

Bien que la violence puisse toucher tout le monde, certaines personnes sont plus vulnérables en raison de diverses formes d’oppression. Les statistiques révèlent que les femmes, les jeunes femmes, les personnes LGBTQ2, les personnes LGB, les personnes transgenres, les personnes vivant en régions rurales, et les femmes en situation de handicap sont plus susceptibles d’être exposées à la VFG.

Parfois, ces facteurs se chevauchent, augmentant encore plus le risque. Les recherches mettent également en évidence d’autres groupes vulnérables, notamment les femmes noires et les nouvelles arrivantes au Canada. Cependant, il est crucial de reconnaître que ces statistiques ne disent pas tout.  Chaque communauté est résiliente et engagée dans la prévention de la VFG.

Un impact profond et durable

La VFG ne touche pas uniquement les victimes directes. Ses effets négatifs s’étendent à la santé, à la société, et à l’économie sur plusieurs générations, créant des cycles de violence et d’abus. En d’autres termes, la VFG affecte l’ensemble de la société. Il est essentiel de comprendre que la VFG ne se limite pas à la violence physique. Elle peut également inclure des mots et des actions visant à humilier, menacer, ou contraindre. La lutte contre la VFG nécessite un effort collectif, un engagement pour éduquer, sensibiliser, et défendre les droits humains de chacun.

Ensemble pour un avenir sans VFS

La lutte contre la VFG exige l’implication de tous. Elle concerne la dignité et les droits de chaque individu. Il est temps de briser le silence, d’éduquer et de prendre des mesures pour éradiquer la VFG sous toutes ses formes. Un monde sans VFG est un monde où chaque personne peut vivre libre de peur et de violence. Un monde que nous pouvons construire ensemble.

Ressources

Pour découvrir les dernières études sur les violences fondées sur le genre au Canada

Pour obtenir de l’aide